Bienvenu dans un monde ou les espèces s'affrontent
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sweet moon, lightness of the sun...

Aller en bas 
AuteurMessage
Maxeen

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 25/08/2010
Localisation : In the world where nobody will come, ever...

MessageSujet: Sweet moon, lightness of the sun...   Ven 27 Aoû - 15:06

What is the light? What is the Shadow?
This War is not real: it is a dream or nightmare...


Le Japon. Il s'agissait d'un tout petit pays avec une grande force dans l'industrie, notamment dans les machines. L'on pouvait compter de nombreuses marques japonaise importées dans toute l'Europe et même aux Amériques. C'était un bien pour un mal, dans un sens. Aussi, le Japon avait une certaine histoire; et bien qu'en commun avec d'autres pays; plus passionnante que l'Europe sur certains points bien que rare. Bref, autant ne pas en parler plus car tout cela n'est presque que futilité. En effet, aujourd'hui, presque plus personne ne s'intéressait à l'histoire de ce pays. Bien que certains l'étudiait, bientôt certains détails s'effacerait de leur mémoire: comme ce qui a été effacé de sa mémoire auparavant. Alors elle se contentait de continuer son chemin, toujours marchant droit devant elle pour éviter les détours fastidieux de la vie d'aujourd'hui. En effet, elle aurait préféré rester dans sa vie d'auparavant mais les secondes se sont succédées et la folie se sera répandue autour d'elle. Partout c'était la même chose: les Hommes voulaient tellement la posséder que la folie s'en prenait à eux. En ce moment, elle n'avait répandue aucune folie, sauf peut-être un peu en Allemagne. L'excuse de son entreprise, héritée de celui qui l'avait adopté, n'était qu'une façade: elle devait juste quitter ce pays à cause de son apparence trop étrange. Car, en effet, avec des cheveux argentés et des yeux bicolores si opposés, seul le Japon avec ses habitants pourrait l'accueillir étant donné que l'apparence des japonais pouvait être étrange pour les autres pays. L'histoire s'était écroulée sous les secondes et les styles se sont mélangé: un certain oubli dans ce pays qui en arrangeait certains, dont une jeune fille à présent devant des portes, se tenant devant ce nouveau monde. L'air chaud était doux, les ombres caressaient doucement les êtres vivants de leur fraicheur. Quelques arbres au long du chemin pour accéder réellement dans la ville faisaient office de barrière; en quelque sorte; pour délimiter le chemin vers cette ville...

Elle n'espérait rien: elle ne ressentait rien, en fait elle ne voyait pas spécialement la ville comme un paradis. Ce n'était que par obligation qu'elle venait en ces lieux. Elle devrait vivre comme elle pourrait dans ce petit pays où il y avait tellement de catastrophe comme par exemple des séismes que les bâtiments avaient été renforcés pour les supporter. Aussi devrait-elle se trouver un logement. Malheureusement, celui qui avait auparavant géré les entreprises qu'elle venait d'hériter n'avait jamais prévu d'acheter un seul logement en ce pays comme il n'y allait jamais. Aucune rancune ne lui vint à l'esprit, pas même un seul sentiment. Rien. Elle attendait, simplement, devant une ville pleine de personnes si différentes. Un enfant courait, courait, puis tomba. Une personne; probablement sa mère; vint le relever. Le petit garçon souriait, un peu égratigné. Mais la jeune fille ne montra en aucun cas un seul sentiment sur son visage face à cela, pas le moindre sentiment. Ni la jalousie, ni la haine, pas même le bonheur ne venait à se lire sur son visage, ni même dans ses pensées. Elle n'avait jamais connut ce fait: jamais elle n'était tomber car elle ne pouvait pas, et jamais on ne l'avait réellement aidée. Elle a toujours été seule dans un sens. Elle ferma puis rouvrit ses yeux, puis se mit à réfléchir: pourquoi ce petit garçon, au lieu de pleurer, souriait? Est-ce parce que sa mère l'a aidé à se relever? Un humain ne souriait-il pas que lorsqu'un bonheur; naturel ou accidentel; était vraiment fort? Elle n'en savait rien et ne comprenait pas beaucoup l'humain. Non, car elle n'était pas humaine en elle même et elle le savait très bien. Elle avait été "créer", mais elle n'était pas "née". Enfin, pas dans ses plus lointain souvenirs. D'ailleurs, comment se faisait-il qu'elle était comme ça? Sans sentiment? Elle ne réfléchit même pas à la question pour se dire qu'elle était un projet de guerre à la base, un projet inachevé qui pouvait facilement rendre fou quiconque voulait la posséder. Elle regarda, autour d'elle: rien de spécial n'attira son regard, elle ne ressentait même pas l'envie de pénétrer dans cette ville. En fait, elle se contentait de regarder les humains autour d'elle. Certains souriaient, d'autre non. Peut-être certains étaient-ils heureux et d'autres non, mais certains ne montraient qu'un faux sourire et d'autres ne montraient pas leur bonheur. Elle ne les comprenait vraiment pas, mais cette incompréhension ne se voyait nullement sur son visage, gelé sur cette même expression qu'est la froideur et l'indifférence...

Tout les êtres étaient différents, et elle remarqua assez facilement que certains suivaient obligatoirement d'autres. Ces êtres qui en suivaient d'autres avaient fréquemment des oreilles et une queue de chat. Bien que le "coloris" soit souvent différent, ils avaient tous la même expression; du moins pour la plupart; qui montrait leur domination. Mais la jeune fille ne voyait en aucun cas la triste raison cette domination, ne connaissant pas encore le "pourquoi" du "comment". Elle se contentait donc de regarder ces êtres hybrides qui ne lui laissait aucune impression. Elle ne ressentait rien, elle pensait juste à eux. Tout les deux morts, elle se demandait ce qu'ils étaient devenus mais ce sans aucun autre sentiment que la froideur de son visage, qui ne laissait en rien paraître le fait qu'elle pensait à quelque chose ou à quelqu'un. Toute de noir vêtue, une chemise noire en simple tissu et un pantalon en jean toujours noir; sans compter les bottes en cuir noir; elle avait l'air d'intriguer certaines personnes aux alentours qui très vite passait leur chemin, se contentant en réalité de la contourner. En effet, ses cheveux argentés déjà paraissaient étranges, de longs rayons de lune en soie dans une journée ensoleillée. De ses yeux si différents, elle regardait l'entrée sans trop s'y attarder lorsqu'elle sentit une étrange présence accompagnée du regard des autres. Les humains et leurs hybrides regardaient tous en chœur la personne en question qui passait dans les environs, puis tous reprirent leur chemin sans trop nullement s'attarder sur cette personne si étrange. Tous sauf la jeune fille aux cheveux de Lune qui elle continuait de regarder cette personne de ses yeux froids et indifférents sans nulle autre pensée que celle-ci: cette personne est différente. Mais différente sur quel point? Ce point, c'est tout simplement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Sweet moon, lightness of the sun...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Anniversaire] Personnages de Type-Moon ! =D
» [SWEET SECRET]
» FRAZETTA'S MOON MAID
» [Bouret, Alexandre] Sweet enemies
» moon disc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elfen lied vs Hybrides :: La ville :: Les portes de la ville-
Sauter vers: