Bienvenu dans un monde ou les espèces s'affrontent
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Maxeen, the Black Rose of the Scarlet Moon

Aller en bas 
AuteurMessage
Maxeen

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 25/08/2010
Localisation : In the world where nobody will come, ever...

MessageSujet: Maxeen, the Black Rose of the Scarlet Moon   Mer 25 Aoû - 23:18


Nom: v.Rozen
Prénom: Anciennement « Project 13666 », ensuite Alice, à présent Maxeen...
Genre:ou ♂
Âge: A cela nul n'a de réponse, mais physiquement elle aurait de 16 à 18 ans...



D'où vennez-vous: D'un laboratoire.
Comment êtes-vous: Auparavant Docile, à présent "Rebelle" si l'on peut dire...
Vecteurs: Elle en a tantôt treize-mille six-cent soixante six, tantôt cinq et d'autres fois une vingtaine. En fait, ce ne sont que des rumeurs. En réalité, elle en a treize qui ont une portée d'environs 13 mètres. Au fur et à mesure du temps, elle a apprit à les maîtriser et elle peut à présent s'en servir pour presque tout est n'importe quoi...

Ce que vous êtes: Un diclonus, enfermé à la base. Par la suite, elle réussie à se libérer sans faire nul blessé; mais plutôt des morts. Après beaucoup d'obstacle, elle réussie à s'échapper du laboratoire où on la gardait enfermée pour ensuite se perdre. Mais les autorités réussirent à la rattraper et à la ramener. Par la suite, elle fut une seconde fois enfermée dans sa prison d'origine. Ce n'est qu'après un moment qu'on la libéra, suite à une demande qui en réalité était due à une annonce pour la vente d'une petite fille. En effet, un couple de riche gens voulait « adopter » un enfant. Comme ils voulaient une « petite fille toute mignonne », les scientifiques vendirent le diclonus qu'est Maxeen; à la base nommée « Project 13666 »; pour lui effacer la mémoire de sorte à ce qu'elle ne tue pas ces « bons clients ». Finalement, au bout de quelque manipulation, la mémoire du Project 13666 fut effacé et pour parfaire l'apparence d'une petite fille, ses « cornes » furent enlevées. Par la suite, elle intégra les « nobles » par adoption tout en croyant qu'elle était humaine. Jusqu'à que...




La diclonus « Project 13666 » était une petite fille qui devait être sans aucun sentiment, destinée à combattre sans nullement faire attention aux autres: elle ne devait se concentrer que sur le combat. Mais le projet ne put être achevé comme, au fur et à mesure, les scientifiques devenaient tous fous et tuaient les autres « sains d’esprit ». Bref, il ne resta plus personne. Par la suite, plusieurs personnes essayèrent de retrouver le « Project 1366 », mais personne n’y parvint pour cause de folie. Seul un homme y arriva, un scientifique dit « fou », et ce avec l’aide (?) des autorités. Enfin, tous les membres de l’autorité finir par succomber au pistolet d’un des leur rendu étrangement fou. Seul le scientifique survécu, ne succombant pas à la folie. Le temps passa, et l‘homme dit fou s‘attacha à ce diclonus aux cheveux noirs et aux yeux de sang, « Alice » l‘avait-il nommée. Le scientifique essayait à tout prit de sortir la diclonus de sa prison, comme elle était enfermée dans une sorte de tube d’eau, et il se renferma sur lui-même…

Puis un jours, deux femmes, jumelles, proposèrent au scientifique de l’aider. Mais dès le début elles le tuèrent, jetant le corps à la mer comme le laboratoire était sur une île. Les deux femmes décidèrent de vendre « Alice », alors elles firent une annonce et un client répondit à leur appel: le marquis v.Rozen. Alors, pour faire de la petite diclonus une petite fille parfaite, les deux femmes décidèrent de changer les yeux de la petite; rouges à l’origine; et d’enlever ses cornes. Il n’y eu aucun problème pour les cornes, mais pour les yeux ce fut autre chose: seul l’œil fauche put être changé.

Par la suite, elles payèrent un routier pour transporter la petite fille, mais le camion mal fermé elle put s’échapper. Par la suite, inutile de vous cacher qu’il y eut des obstacles qui très vite finir par mourir d’une manière très étrange. Puis « Alice » se fit rattraper par les autorités, et un des hommes de ce groupe tira en plein dans son estomac en y laissant son bras gauche. La petite fille fut une seconde fois opérée pour éviter qu’elle se souvienne en réalité. Elle fut une secondes fois confiée à des routiers pour être livrée là où elle devait l’être. Après avoir étrangement verser des larmes de sang, la petite fille qui alors n’était âgée que d’à peine une dizaine d’année s’évanouit. Elle se réveilla juste avant d’être arrivée « à bon port ». Ses nouveaux « parents » l’attendaient déjà, sa mère lui fit visiter la maison tandis que le père paya. Ensuite, le père apprit par les routiers qu’elle était amnésique, alors il prévint sa femme. En effet, elle avait tout oublié: même parler. Alors sa mère la laissa seule dans sa chambre en lui disant qu’elle se nommerait « Alice ». Alors des larmes commencèrent à couler sur son visage, des larmes de sang. Par la suite, une douleur au côté droit de la poitrine commença à se manifester et elle s’évanouit pour la seconde fois de la journée. Des images du passé resurgirent pendant son « coma ». Lorsqu’elle se réveilla, elle vit un garçon un peu plus âgé qu’elle à son chevet avec des oreilles et une queue de chat, comme le scientifique qu’elle avait vu pendant son « coma ». Puis le garçon s’enfuit, et la petite Alice se leva pour aller à la fenêtre pendant que sa mère venait la chercher pour « on ne sait quoi ».

Sept années passèrent et la petite fille grandit pour laisser place à une charmante jeune fille. Entre-temps, elle avait tout apprit: tous ce que devait apprendre une « lady » de son rang: celui de marquise. En effet, elle apprit à danser, à parler, à écrire et toute ces choses là en comptant la musique. Puis un jour, la veille de son « anniversaire »; qui n’est autre que celui de son arrivée; la mère emmena Alice dans la cave alors que, habituellement, on lui interdisait fortement l’accès. Elle y vit une table d’opération. En effet, ses « parents » voulaient la transformer en hybride, comme leur fils; le « Neko » qui rendait visite à Alice tous les jours, celui qui s’était enfuit par la fenêtre la première fois; Ciel v.Rozen. Lorsque la mère voulut l’étouffer avec un mouchoir de sorte à l’endormir, la femme implosa. Finalement, son mari finit par lancer un scalpel en plein dans son cœur. Enfin, « là où devait se trouver son cœur », car précisons que suite à une malformation, son cœur n’est pas du côté gauche de la poitrine mais du côté droit. Bref, elle s’évanouit. Mais le père eut à peine le temps de faire une incision que les scalpels devinrent « fous » et se jetèrent sur lui. Alors la jeune fille se releva et avant que le corps de son père ne soit réduit en charpies, elle le regarda avec son œil rouge qui normalement était caché par une de ses mèches de cheveux. Puis elle sortit de cette pièce pour se diriger vers le jardin. C’est là qu’elle découvrit que Ciel était mort. Lorsqu’elle alla dans sa chambre changer de vêtement à cause du sang, elle remarqua que ses cheveux étaient devenus argentés. Elle appela les autorités après avoir brûlé les vêtements souillés du sang de ses « parents », tout en se couvrant les cheveux. Par la suite, il y eu une enquête mais elle fut stoppée pour « manque de preuve ». De ce fait, Alice hérité de ses « parents » le manoir situé en Allemagne et toutes les entreprises gérées par son « père » dont la majorité furent vendues sauf une au Japon. D’ailleurs, la jeune fille s’y installa après avoir changé de prénom, de « Alice » à « Maxeen » tout en prétendant qu’elle était la sœur de cette « Alice ». Pour expliquer certains faits étranges de son physique, ce fut assez simple au Japon: pour ses cheveux, ce fut une décoloration, et concernant ses yeux des lentilles. Simple, mais efficace!



Une superbe jeune fille à présent, mais à l’apparence bien étrange: d’autant plus lorsque l’on sait ce qu’elle est. Habituellement, les diplocus n’ont-ils pas les yeux rouge avec quelques nuances de roses? Leurs cheveux ne sont-ils pas dans les tons rosés? En tout cas, la diplocus qu’est Maxeen n’a pas l’air d’être ce qu’elle est. Elle n'est ni effrayante, ni reconnaissable en tant que diplocus. Tout d'abord, certains détails trompeurs: si elle n'a pas de cornes, c'est tout simplement parce qu'elle lui ont été enlevée de force via une opération. De ce fait, il est difficile de reconnaître qu'elle est un diplocus à vue d'oeil...

Sa peau, douce au touché, est d’un teint pâle, plus clair que la porcelaine et ce sans nul entretient ni maquillage. En effet, elle considère que le maquillage est strictement inutile, elle n’en met donc jamais. Car même si son teint est pâle, les couleurs ressortent presque aveuglement, le noir de même et quant au blanc il ne ressort jamais tant sa peau est pâle.
Son visage. Un visage empli de pureté et d'innocence, un visage légèrement enfantin; ou presque. La jeune fille possède une beauté presque surréaliste. Les traits fins de son visage font ressortir la pureté de son teint. D’ailleurs, sur son visage, en dehors de ses yeux, ressort particulièrement ses fines lèvres légèrement rosées. Son nez, fin, sied parfaitement à son visage plutôt ovale dont le menton reste tout de même légèrement pointu.
Quand à ses yeux, ils ont la forme des amandes. Comme dit dans son histoire, au départ ses yeux étaient rouge sang mais suite à une opération, elle eu un de ses œil; l‘œil gauche; changé: du rouge au bleu, un magnifique bleu entre « eau céleste » et « sulfate de cuivre » d‘après ses anciens parents. L‘autre œil; le droit; est resté de la même couleur, mais selon l‘orientation de la lumière ses yeux peuvent changer littéralement de luminosité: à l‘ombre leurs couleurs sont des fois plus visibles, et des fois plus sombres; à la lumière ils sont généralement plus clair. Ses cils sont longs et fins. Quant à ses sourcils, ils sont fins eux aussi. Généralement, son visage prend toujours la même expression, il en serait presque gelé sur ce même visage: un visage indifférent, glacial, sans nul autre sentiment que l'indifférence. Bien que quelques rares fois il lui arrive de pleurer; mais précisons que ses larmes sont de ce liquide carmin: le sang; elle ne sourit jamais.
Spoiler:
 

Sur son visage se déposent ses cheveux, et ces derniers l’encadre délicatement de leur couleur argentée. Toujours lisses, elle n’en prend jamais soin bien qu’ils soient si soyeux. Elle se contente d’un simple coup de brosse concernant la coiffure, par la suite ses cheveux se déposent naturellement, dont une mèche coupant son délicat visage en deux parties opposées par les couleurs de ses yeux. Quelques autres mèches encadrent son visage pour lui donner une forme encore plus ovale. Ses cheveux arrivent jusqu’à ses genoux comme elle les laisse toujours pousser, ce qui explique le fait qu'ils soient aussi longs bien qu'il lui arrive de les couper. A ce jour, personne n'a touché les cheveux de la jeune fille qu'est Maxeen car personne ne fait attention à ses cheveux clair de lune, qui facilement se taches de sang. D'ailleurs, à chaque fois qu'elle pleure, elle prend soin de s'attacher les cheveux à cause de ses fameuses larmes de sang...

Niveau physique, en général, elle fait partie des filles qui ont « tout ce qu’il faut où il faut ». En effet, elle possède de longues et fines jambes, ses bras sont eux aussi fins et elle possède des mains fines et plutôt longues, dont les doigts sont eux aussi fins. D'ailleurs, c'est peut-être bien grâce à ses mains qu'elle peut jouer aussi bien des instruments. Bref. En résumé, Maxeen est très fines, mais pas trop tout de même. Aussi elle est plutôt grande, par rapport à la moyenne japonaise. En effet, elle mesure environs un mètre soixante-dix pour; toujours environs; une soixantaine de kilos. Aussi son physique lui permet d'avoir des facilités au niveau du sport ce qui l'aide beaucoup, sans compter le fait qu'elle soit très souple et agile. De ce fait, il n'y à rien à dire de plus, en résumé elle est plutôt élancée...

Quant à sa tenue, elle est suffisamment décontractée pour lui permettre de bouger en tout liberté. Elle change souvent de vêtement, mais porte souvent du noir, préférant la soie et les tissue rare; bien qu'elle porte des fois du tissue synthétique. Elle mettra souvent de longues bottes en cuir noir à lacets, ainsi que des pantalons en jean, toujours noir. Elle mettra aussi des chemises en soie ou en simple tissue, selon ses lubies, quelques fois blanches et d'autres noires, accompagnées de vestons tous en jean, en soie ou encore en velours noir. Elle ne met jamais rien dans ses cheveux, sauf quelques rares fois, et souvent elle met des lys ou des roses dans ses cheveux bien que très rarement et de ce fait vous ne la verrez presque jamais avec quoi que ce soit dans les cheveux. Mais comme précisé plus en arrière, Maxeen change souvent de vêtement et de ce fait elle pourrait très bien mettre des robes, généralement en tissue ou en soie avec de la dentelle, blanche ou noire. Mais toujours est-il qu’elle ne portera presque que du noir, et comme vous l'aurez devinez avec du blanc de temps à autre. Mais en général, elle porterait plutôt un uniforme scolaire noir; avec quelques touches de blanc; pour garçon. En effet, elle n'affectionne pas les uniforme scolaire pour fille en vue de la longueur des jupes qu'elle considère trop courte, sans compter le fait qu'elle est plus habituée à porter des pantalons, et c'est surtout parce qu'elle aime beaucoup visiter l'école pour étudier les humains et leurs sentiments: vous verrez pourquoi plus tard…




Loin d’être une diplocus, mais encore plus loin que d’être humaine. Voilà ce qu’est Maxeen.
En effet, elle n’a aucune caractéristique mentale des diplocus: pas même l’envie de sang, encore mon un sadisme cruel. Mais si elle n’est pas humaine, c’est tout simplement parce qu’elle n’éprouve aucun sentiment et ce depuis ses plus lointains souvenirs. Pas même l’envie, ni la jalousie, ni même l’amour ou la haine: rien de tout cela.

Elle est tout simplement froide, glaciale, mais l’on entend souvent dans sa voix une touche de mélancolie qu’elle n’entend pas. En effet, elle ne sait pas ce que sont les sentiments pour elle, elle ne sait rien de tout cela la concernant: à la base, elle a été créée pour ne ressentir aucun sentiment de sorte à ce qu’elle ne soit pas « détruire » pendant une guerre durant laquelle on devrait l’utiliser. Oui, car les sentiments peuvent déconcentrer totalement l’Homme, alors si l’Homme devait ressentir des sentiments, elle n’en ressentirait jamais. C’était là le désir des scientifiques qui l’avait « créée ». De ce fait, elle ne ressent rien. Autant qu’elle pourrait ressentir les sentiments que ressente les autres qu’elle ne pourrait pas donner l’impression d’être triste ni même d’être heureuse. D’ailleurs, elle ne ressent rien à ce niveau là. Elle sait ce que ressente les autres par simple définition: « tristesse: état naturel ou accidentel de chagrin ou de mélancolie, pouvait faire pleurer. » « bonheur: état naturel ou accidentel de satisfaction totale, de joie pouvant faire sourire. » Voilà comment elle connait les sentiments: par définitions. Souvent elle fait de la philosophie pour mieux comprendre l’humain: mais plus elle étudie chaque sentiment, plus elle se perd dans un mélange de songes qui la noie. C’est souvent lorsque quelqu’un parle qu’elle arrive à sortir de ses pensées: le moindre bruit. D’ailleurs, à la base, elle ne devait pas pouvoir penser: juste obéir. Mais le fait qu’elle ne soit pas « terminée » lui aura permit de penser par elle-même. D’ailleurs, elle est très intelligente. C’est peut-être cette intelligence qui lui permettra de ressentir les sentiments car elle a le désir de ressentir au moins un sentiment humain, même un seul ce sera beaucoup pour elle. Comprendre pourquoi on lui dit qu’elle est « mélancolique » par exemple, ce serait beaucoup pour elle. Mais, sans nullement « mentir », elle pense beaucoup de chose à propos du monde humains. Il y a des choses et tant d’autres. Mais elle se contente de penser et non de dire. Elle sait bel et bien parler, mais elle parle peu, très peu.

Certains gens dans la rue disent quelle « aime chanter » et qu’elle possède une belle voix, magnifique etcetera. Mais comme elle ne sait pas exactement ce que veut dire « aimer », elle se contente juste t’interpréter ce mot comme un « sentiment positif ». Aussi elle dessine souvent au lieu d’écrire. En effet, elle sait bel et bien écrire mais elle dessine plus souvent: une « passion »? Peut-être, mais elle-même ne saurait vous le dire. Pour le moment, elle n’aime rien et ne déteste rien. Par ailleurs, elle est distante, peu sociable, d‘après les rumeurs, ce qui explique le fait qu’elle parle peu. Mais alors, pourquoi chanter? Elle chante au lieu de parler, tout simplement, même si elle chante plus souvent lorsqu‘elle est seule et sûre de l‘être. Elle-même ne comprend pas pourquoi. Même situation lorsqu’elle pleure. Elle ne comprend jamais pourquoi, elle comprend encore moins pourquoi elle pleure des larmes de sang. La seule chance, c’est qu’elle ne soit pas hémophile.

Elle n’a pas de double-personnalité, elle a juste été « entraînée » à ne plus rien ressentir. Pas même la douleur, ni même l’amour, encore moins la haine ou le bonheur. Pour le moment, l’on sait juste que ses sentiments ne s’exprime pas, sauf peut-être la « tristesse » par ces larmes de sang mais… Pourquoi des larmes de sang? Car il s’agit bel et bien de sang qui coule de ses yeux et non pas une simple couleur. Alors pourquoi? De ce côté-là, elle essaye aussi de comprendre bien qu’elle soit plus portée sur les sentiments humains. D'ailleurs, un autre détail: elle se concidère souvent comme du poison pour les autres à cause de la folie qu'elle a engendrée autour d'elle, dans son histoire…




« […] Le « Project 13666 », un projet dangereux. Une sorte d’être humain destiné à servir d’arme lors des guerres. Une arme de « paix », soit disant. Cette arme possède des pouvoirs inconnus, mais déjà les scientifiques se doutes qu’ils sont puissants. En effet, déjà ce projet pourrait tuer beaucoup d’humain. A ce jour, ce projet est encore en cours d’élaboration et nul ne sait comme il se présentera. D’après certaines sources, ce projet sera tout à fait humain à la base. Pour le moment, il est en cours de création au Japon…[…] »


J’ai personnellement vu ce projet. C’était une petite fille, une simple enfant à l’époque. Emprisonnée dans une prison aqueuse, elle ne pouvait que grandir dans des conditions que l’on ne pourrait pas imposer à un humain. Les scientifiques avaient tous le sourire aux lèvres et il arrivait que certains devenait fous à force de côtoyer ce projet. Il y avait même déjà eu quelques morts depuis le début de ce projet mais à « l’extérieur », personne ne connait la vérité sur ce projet. D’ailleurs, qu’est-ce que la vérité, au juste? Pour moi, il y a plusieurs vérités; autant de vérités que d’humains sur Terre car chacun invente sa réalité au fur et à mesure du temps. Exactement, à force du temps, il n’y a plus de mensonge ni de vérité. En ces lieux, les vérités différentes sorte comme de rien et la réalité de ce monde reste dans ce dernier, inconnue au reste du monde. Cette arme, ce « Project 13666 » est une arme très spéciale car elle est « née » pour obéir à tous les désirs; du moins ceux de celui qui sera destiné à la contrôler. Un seul Homme pourra la contrôler, un humain suffisamment entraîné à garder « les pieds sur terre » lorsque ce liquide carmin jaillit du corps d’un de ses « frères » et ce que ce soit celui d’un ennemi ou d’un allié. Il ne devra pas perdre la raison. Car, suite à une « vie » aux côtés de ce projet, l’on devient vite fou, complètement même. Il y a eu plusieurs homicides en réalité, des fois volontaires et d’autres non, tout dépendait de la raison qui restait à celui qui tuait; et généralement il ne lui en restait aucune. Ces « fou » étaient tous tué, ce qui faisait que le nombre de personne dans l’équipe baissait considérablement. A force du temps, les meurtres s’enchaînaient et il ne restait plus qu’une personne. Puis un jour… Le dernier survivant se donna la mort. Un pistolet à la main, il tira là où il le pouvait, mais jamais le projet ne fut toucher et sa prison d’eau jamais ne fut brisée par le fait le plus étrange. Avait-elle conscience qu’il fallait qu’elle se protège? En tout cas, le « Project 13666 » fut abandonné. Dans un laboratoire désaffecté puis abandonné, il y avait une jolie poupée à ce qu’on disait. Tous voulait la voir pour pouvoir ensuite la posséder. Mais finalement, aucune personne étant entrée dans ce lieu ne revient, laissant place à la terreur en ces lieux. Très vite le lieu fut déclaré maudit. Mais vous devinez bien que cette histoire ne pouvait se terminer comme tel, n’est-ce pas? Exactement. Par la suite, ce fut les autorités qui commencèrent à inspecter les lieux. En vérité, ces gens avaient été embauchés pour inspecter les lieux et ce avec un scientifique. Ils traversèrent le couloir, dont les murs étaient humides, et au bout de plusieurs pièces il trouvèrent la fameuse « poupée », le « Project 13666 ». Victoire? Non, pas tout à fait, car ils devaient inspecter les lieux. Des hommes s’occupaient de prendre la prison d’eau où était enfermée la poupée humaine et d’autre d’inspecter les lieux puis… Rire. Soudain un homme qui essayait de prendre la prison rit, un rire sadique et sans nul scrupule. Il était possédé: par la folie. Encore un fou de plus qui allait détruire des vies pour les rendre « au ciel ». Il se releva, toujours un sourire au visage et le regard sombre. Il prit soudain son pistolet et tira. Plusieurs hommes furent touchés et la mort succéda aux blessures de balles. Il ne restait plus que trois personnes: le scientifique, le dernier survivant qui faisait partit des autorités et ce fou qui ne cessait de tirer autour de lui, toujours sans toucher cette prison d’eau. Au moment où il tira sur le dernier membre des autorités « non fou », il se fit tuer. Vous devinez bien qu’il ne restait plus qu’une seule personne: le scientifique. Lui aussi se mit à rire, non il n’était pas fou. Au contraire, il était sain d’esprit. Alors il se mit à tourner autour de cette prison d’eau où était enfermée cette magnifique poupée humaine. Il observait tous les traits de cette poupée, en marchant autour d’elle tout en contournant les corps meurtris des autorités…

« Vraiment, tu es magnifique. Je ne peux le nier, et je ne voudrais pas t’abandonner. Pas comme tous ces gens. Je suis déjà considéré comme fou, alors tu n’as rien à craindre… Il se colla à la prison aqueuse de la dite « poupée », l‘oreille collée à ces vitres qui ne laissait pas s‘échapper le liquide qui conservait cette poupée. Tu ne m’empoisonnera pas. »

Soudain, la poupée ouvrit les yeux, comme réveillée. Elle regarda cet homme qui se tenait face à elle, l’oreille collée contre le verre qui la séparait du monde extérieur. Elle observait pour la première fois le monde extérieur; du moins ce qui l’entourait; et dès qu’elle eu ouvert les yeux, elle remarqua les corps des membres l’autorité. Un étrange liquide couleur rouge carmin tâchait le sol. Puis elle regarda le scientifique, indifférente. Elle avait été conçue pour ne pas ressentir de sentiment, de ce fait elle ne ressentait rien face à cet homme encore en vie: pas même de la reconnaissance, rien, pas le moindre sentiment: après tout, n‘était-elle pas un projet destiné pour les champs de bataille? L‘arme ultime non complétée, non terminée…

Puis les secondes du présent passèrent du côté du passé, puis elles devinrent minutes, et ces minutes devinrent des heures qui devinrent des jours qui devinrent des mois. Le temps passait et la poupée n’était toujours pas sortie de sa prison, tandis que le scientifique essayait de trouver une solution pour la faire sortir de sorte à lui faire voir le monde extérieur. En effet, il la comprenait très bien: trop bien même. Il savait qu’elle n’éprouvait rien, pas le moindre sentiment, mais plutôt des vœux. De simples vœux, des souhaits, mais pas le moindre sentiment: ni haine, ni amour. Le scientifique s’y était habitué. D’ailleurs, il s’était aussi habitué à une sorte de solitude puisqu’elle ne parlait pas. Il la comprenait, c’est tout. En réalité, il l’avait longtemps étudier pour la comprendre. C’est comme cela qu’il en a déduit qu’elle n’éprouvait pas de sentiment comme la peur ou la joie. Mais un mystère subsistait à chaque fois qui la regardait: pourquoi avait-elle des cornes? Il ne voyait pas ça comme une contrainte, il disait que cela lui allait plutôt bien, simplement. Il avait aussi remarqué que ses yeux étaient rouges carmins, un sublime rouge sang. A ce propos, il lui faisait souvent des compliments et lui disait que ses yeux lui rappelait le jour de leur rencontre; le jour où des corps furent jetés à la mer. En effet, il était fou, mais il ne voulait pas de mal à cette poupée qu’il nomma…

« Alice… »

Elle ferma puis rouvrit les yeux, un signe qu’il reconnaissait bien: « Pourquoi? »

« Pour moi, comme tu es humaine, tu ne dois pas t‘appeler « Project 13666 » mais « Alice »: c’est bien, non? »

Elle le regarda, simplement. Ni joie, ni reconnaissance, encore moins la trace de l’amour ne se lisait en elle ce qui prouvait bien qu’elle n’éprouvait pas de sentiment. Elle ne fit pas un geste, enchaînée par des fils: des sortes de perfusions qui distribuait des nutriments dans son sang pour qu’elle puisse vivre. Elle ne pouvait pas se tourner sur elle-même, et elle ne pouvait pas non plus regarder ailleurs ni bouger le moindre doigt. Tous ces fils la bloquait ce qui expliquait pourquoi elle ne pouvait pas briser sa cellule. Elle se contentait donc de regarder et de ne pas bouger; comme une poupée. Pendant que le scientifique fou pianotait sur quelque chose que « Alice » ne connaissait pas, elle se contentait de regarder: à quoi pensait-elle? Au souhait de se libérer? Pourquoi pas…

Alors elle le souhaita, encore une fois. Une fois de trop. Peu à peu, le scientifique devint de plus en plus fou: il s’acharnait sur la libération d’Alice et commençait peu à peu à tout détruire. Puis vint un jour où deux scientifiques; deux jumelles; vinrent à sa rencontre pour l’aider. Ces dernières avaient apprit en faisant de nombreuses recherches que ce lieu existait avec un soi-disant fou et une poupée qui rendait, justement, fou. Alors elles se sont intéressées au « Project 13666 ». Mais qui étaient-elles vraiment? Le scientifique ne se méfiait pas, et il accepta l’aide que les femmes lui proposèrent mais…

« Désolé, professeur, mais nous devons… L’une tira plusieurs fois sur le scientifique, six fois exactement. Vous tuer pour obtenir le « Project 13666 », c’est une mission que l’on nous a confiée.
-Vous… Vous ne l’aurez… Jamais!
-Justement, si, mais nous la garderons pour la vendre à notre profit!
-… … Adieu, Alice…
-Alice? C’était pas sa fille disparue dans un incendie? Enfin bref, essayes de trouver des clients qui mettront cher pour une charmante petite poupée capable de tous nous tuer! Et on se dépêche, Hana!
-O.K., j’ai comprit Haya! »


Alors ces soit distant « scientifiques » firent des recherches sur des clients; d’après l’expression qu’elles ont utilisées; « à peu près potable ». C’est alors qu’un jour, au bout d’une semaine, qu’elle trouvèrent un « gros poisson ». Alors elles regardèrent sournoisement la petite poupée qui, depuis la mort de ce scientifique, n’avait plus jamais ouvert les yeux…

« On va devoir lui enlever ses espèces de cornes! Bon, t’es prête Hana?
-Ouais, on peut y aller! »


Puis elles brisèrent la prison aqueuse de la dite « poupée », « Project 13666 » plus exactement. La poupée ne voulait pas ouvrir les yeux, elle ne voulait pas voir ce que faisait les femmes sur son corps: elle souffrait suffisamment pour ne pas vouloir voir ce qu’elle faisait à son corps. On la saignait et disséquait. Elle finit par s’endormir pour la première fois de sa vie, un repos qu’elle n’avait jamais connu, et ce dans l’ambiance des rires de deux femmes… Triste réalité, mais suite à cela, la petite poupée perdit la mémoire ainsi que ses cornes. Pour éviter les doutes, les deux femmes décidèrent de changer les yeux de la petite fille mais l’opération commença à mal tourner, et la « marchandise » fut sauvée de justesse, mais un seul œil fut changé: son œil gauche qui du rouge devint bleu. Avec quelques manipulations qui la laissait en souffrance. Ses cheveux, noirs, furent lavés et coupés proprement de sorte à ne laisse aucun doute sur son « humanité » et son état. Par ailleurs, au moment où elle devait partir par camion avec d’autres marchandises de toutes sortes… Elle réussie à s’enfuir grâce à la porte du camion qui était mal fermée, mais en réalité le conducteur était devenu complètement fou. De ce fait, elle parcourue comme elle le pouvait la route qu’elle ne connaissait pas, tout en découvrant le monde, merveilleux. Bien qu’étant en fuite, elle observait le paysage: la mer, bleue, et une île au loin bien mystérieuse. Elle était en haut de ce que l’on appelle une falaise, et en dessous la mer léchait, gourmande, la falaise tout en essayant de la dévorer. Elle était indifférente face à ce paysage, tout en courant contre son destin. Elle ne voulait plus rencontrer ces femmes durant son voyage, elle ne voulait pas. Elle vit soudain trois hommes tout de noir vêtus. Ces derniers riaient, et elle restait indifférente. Elle les regarda, droit dans les yeux et soudain… Ils implosèrent. Elle revue pour la deuxième fois de sa vie ce liquide carmin, chaud au touché. Ensuite, elle continua de marcher tout en souillant les corps. Elle continua a tuer beaucoup de monde sur sa route, notamment des hommes en noirs. Puis elle regarda cette île, au loin. Pourquoi la voyait-elle toujours? Elle essayait de s’en éloigner le plus possible mais jamais elle n’arrivait à la voir disparaître. Elle s’arrêta, et vu plusieurs machines sur roues. Des voitures en d’autres termes. Il s’agissait des autorités, venue la chercher. Le massacre fut volontaire. Mais un des membres de l’autorité, au prix de son bras gauche, réussi à tirer en plein dans son estomac ce qui provoqua son évanouissement. Elle se retrouva une seconde fois dans ce laboratoire, sans nul souvenirs de ses actes. Elle se demandait ce qu’il se passait, indifférente sur son visage. Puis elle se rendormie, encore une fois. Le lendemain; du moins pour elle; elle se retrouvait dans un camion sans rien savoir de plus. Une sensation étrange l’envahie: elle devait s’échapper, mais elle ne comprenait rien à ce qu’elle se disait… Le voyage commençait. Il dura un certain temps; une éternité pour la petite fille qui alors n’avait l’air que d’avoir une dizaine d’année. A peine. Elle avait été revêtue d’une magnifique robe blanche aux dentelles somptueuses. Ses chaussures étaient des petites ballerines, tout aussi blanches. Soudain, une tache rouge vint salir sa robe, un rouge écarlate qu’elle avait déjà vu… Un malaise la prit soudain, un mal qu’elle n’avait jamais ressentit auparavant…

Le voyage commençait. Il dura un certain temps; une éternité pour la petite fille qui alors n’avait l’air que d’avoir une dizaine d’année. A peine. Elle avait été revêtue d’une magnifique robe blanche aux dentelles somptueuses. Ses chaussures étaient des petites ballerines, tout aussi blanches. Soudain, une tache rouge vint salir sa robe, un rouge écarlate qu’elle avait déjà vu… Un malaise la prit soudain, un mal qu’elle n’avait jamais ressentit auparavant. Elle toucha ses joues, pour sentir sur ses mains une sensation étrange qu’elle n’avait jamais ressentit dans ses souvenirs. Elle remonta un peu plus haut pour toucher son œil. C’était de là que coulait ce liquide écarlate. A force du temps, elle s'évanouit. Le sang coulait et finalement, sa robe et ses chaussures devinrent rouge carmin. Ses cheveux, noirs, ne se tintèrent étrangement pas de sang. Le camion ne s'arrêtait pas, alors que les clients devaient absolument recevoir le colis en bonne santé. Ces clients: le marquis et la marquis v.Rozen, de riche allemands. Ces riches allemands étaient juste un couple. La mère, suite à son premier accouchement, devint stérile. Elle voulait absolument un deuxième enfant, alors âgée de trente-trois ans. Quant au père, il avait dans les quarante ans, environs. Lui aussi voulait un deuxième enfant, une fille comme son premier enfant était un garçon. En fait, nul ne savait où était passé cet enfant depuis déjà un an, et la présence d’un enfant manquait à Élisabeth v.Rozen; la mère en d’autre terme; mais le père lui était trop occupé par ses affaires: en effet, il dirigeait plusieurs entreprises à la fois, la présence d‘un enfant soulageant sa femme devait lui laisser du temps pour s‘occuper de ses propres affaires car depuis la disparition soudaine de leur enfant la mère était inconsolable…

Le camion arriva vers midi. La petite fille, dans sa robe rouge, venait de se réveiller depuis déjà un certain moment, ses cheveux cachant son œil rouge sang que les « vendeuses » voulaient absolument cacher en disant qu'il s'agissait d‘un œil de verre. Après s’être vaguement nettoyée le visage de ses larmes de sang, elle vit la porte du camion s’ouvrir devant les yeux ébahis de deux personnes. Elle les regardaient, ignorante. Une autre personne apparue par les côtés, probablement sortie du camion: la petite fille se demandait par où. Elle se retourna et vit une autre « pièce ». Mais elle fut interpellée. La dame s’avança, un visage souriant. Ses cheveux noirs attachés soigneusement en chignons ne bougeait pas avec le vent. Elle prit la petite fille dans ses bras, puis partit dans un grand bâtiment: un magnifique manoir blanc, dont les toits étaient noirs, en ardoise. Pendant que la femme faisait visiter le manoir à la petite fille à la robe cramoisie, le père donnait une mallette noire à l’homme à qui il parlait. La mère parlait et parlait, tandis que le père revenait en vitesse. Il dire des choses que la petite ne comprenait pas, elle comprit à peine le mot « oublier », puis ensuite « tout ». « Pauvre enfant », comprit-elle de la bouche de la dame. Elle regardait son nouveau père sans aucune expression. Il la regarda puis détourna son regard. Alors la mère prit dans ses bras la petite fille puis la prit par la main, montrant une direction, plus précisément l’étage supérieur. Elles montèrent les marches, ensembles. Alors la mère présenta à sa nouvelle fille une pièce, avec plusieurs meubles; probablement très chers; qui n’était autre que la chambre de cette petite fille.

« Regarde, ce sera ta chambre, et tu te nommera « Alice », Alice Von Rozen. Aussi tu es ma fille et celle de ton père. »

Alice, ce nom réveillait quelque chose de douloureux en la petite fille, quelque chose qui faisait mal à sa poitrine, au côté droit. La mère laissa son enfant dans sa chambre, « heureuse ». Soudain, quelque chose de chaud coula le long de ses joues. Elle toucha cette « sensation » familière. Un liquide carmin, du sang. Des images apparurent dans sa tête, sa mémoire lui revenait peu à peu. Un certain malaise et tout s’écroule. Elle s’évanouit. Lorsqu’elle eut l’impression de rouvrit ses yeux, elle était dans deux l’eau et un homme la regardait, fasciné probablement. Au sol, des corps baignant dans un liquide carmin: toujours du sang. L’homme avait des oreilles et une queue étrange. Collé à une sorte de fenêtre fermée qui les séparait, il dit des mots qui rappelèrent à la petite fille quelques souvenirs…

Tu ne m’empoisonnera pas. »

Finalement, elle se réveilla au bout d’un moment. Un garçon, plus âgé qu’elle, se tenait à son chevet. Il avait des oreilles et une queue de « chat », animal que la petite fille n’avait vue qu’en image, dans sa tête, pendant qu’elle était évanouie et qu‘elle se souvenait. Qui était cet homme, dans ces images à l’air vieillies? Le garçon partit du chevet de la petite fille, pour sauter par la fenêtre. La petite fille resta indifférente face à ce fait, étrangement. Puis la mère arriva pendant que la petite fille se levait pour aller regarder par la fenêtre pour voir où était passé ce garçon. La mère conseilla à sa nouvelle fille de se retirer de cette fenêtre. Par la suite, les jours s’enchaînèrent comme les secondes et les minutes. Peu à peu la petite fille se souvenait, de plus en plus. Alors ce scientifique avait été le premier à ne pas avoir cédé à la folie? Alors, il avait été tué. Et ces femmes l’avait vendue? Et ces femmes avaient tué son « père ». Aussi elle eut apprit à lire, à écrire, et tout ce que doit apprendre une jeune « lady » de son rang. Il y avait aussi un fait à ne pas ignorer: chaque jour, le garçon à la queue et aux oreilles de chat venait la voir. Il lui tenait simplement compagnie. La fille devina assez vite qu’il s’agissait du fils de ses parents, un fils disparu depuis déjà plus d’un an. Face à ce fait, elle restait toujours indifférente et continuait son train de vie habituel. Puis cette petite fille qu’était Alice devint par la suite une très belle jeune femme, à la beauté convoitée. La veille de son anniversaire, sa mère l’emmena à la cave, un endroit où elle ne devait pas aller soi-disant. Alors elle vit l’horreur qui avait touché Ciel v.Rozen, ce jeune garçon disparu depuis au moins sept années. Une table d’opération, et son père qui l’attendait. Sa mère alors prit un mouchoir pour essayer de l’étouffer mais elle se fit tuer par un étrange pouvoir. Le père fut choqué de voir sa femme imploser, derrière sa fille. Il devint soudain brutal et lança à sa propre « fille » un scalpel, et ce en plein où devait se situer son cœur; mais son cœur étant du côté droit de sa poitrine, cela n'a fait qu'endommager un poumon, à peine grâce à un de ses vecteurs. Elle s’évanouit mais pas pour très longtemps. Le père avait juste eut le temps de faire une incision qu’un de ses scalpels devint comme « possédé », puis ce fut autour de treize scalpels qui le transperceraient et le découpaient en charpies. C’est alors que face au père en train de lâcher son dernier soupir, lorsque les scalpels ne l‘avaient pas encore mutilé et découpés, la jeune fille dévoila un œil rouge comme le sang qu’elle avait toujours caché grâce à ses cheveux. Puis la jeune fille partait. Lorsqu’elle sortit voir le jardin comme si de rien n’était, du sang au dos, elle découvrit une tombe grossièrement taillée: « Ciel v.Rozen » avec dessus des oreilles et une queue de chat. C’étaient celles qui lui appartenait. Mais face à cela, elle resta indifférente, comme lorsqu’elle avait tué ses propres « parents ». Elle rentra dans le manoir, pour ensuite se laver de tout soupçon en brulant les habits qu‘elle avez porté; c’est-à-dire une robe blanche et des chaussures de cette même couleur; et en porter des neufs, juste acheté. Elle se regarda dans le miroir: ses cheveux auparavant noirs étaient devenus mystérieusement blancs mais cela ne dérangea pas la jeune fille. Elle finit par appeler les autorités, mais préféra cacher ses cheveux par une simple perruque de cheveux noirs que portait sa mère lors que grandes fêtes pour avoir des cheveux plus longs que d‘habitude. Finalement, elle inventa une histoire montée de toute pièce: un cambrioleur, un peu comme Jack the Ripper, et le problème fut réglé bien qu’il y eu des soupçons. Jamais ces derniers ne furent dissiper, mais l’enquête s’arrêta pour « manque de preuve » car sur les scalpels: pas une seule trace humaine, rien, et cette affaire fit polémique dans toute l‘Allemagne. Finalement, la jeune fille hérita du manoir ainsi que des entreprises de son père; vendues sauf pour une, au Japon. Elle décida de s’installer au Japon en vue d‘améliorer son entreprise et d‘éviter de se faire reconnaître comme Alice v.Rozen. Alors elle changea simplement son prénom, tout en prétendant n‘être que la sœur d‘une certaine Alice v.Rozen. Ce qu’elle raconta pour son œil? Qu’il s’agissait juste d’une lentille de couleur, histoire de rendre un peu plus étrange son physique. Quand à ses cheveux, elle se les aurait décolorés, tout simplement.

Et ce « Project 13666 » que j‘ai vu de mes propres yeux, destiné à tué et sans sentiment, devenu « Alice » puis « Maxeen »… Il ne s’agit que de moi. Maxeen v. Rozen...




Prénom: Je n'en dirais rien...
Âge: Pour le moment, ignorer cette question...

Comment avez-vous connu le RP: Via une pub faite sur mon forum...
Est-ce votre premier RP: Loin de là...
Que pensez-vous du forum: Il faudrait un peu améliorer le thème, mais je pense que comme je suis graphiste j'ai un avis plus... Cinglant que les autres.
Les codes:


Dernière édition par Maxeen le Jeu 26 Aoû - 22:07, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shiro Chi
Admin
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 14/07/2010
Localisation : Dans ton ... rêve

MessageSujet: Re: Maxeen, the Black Rose of the Scarlet Moon   Jeu 26 Aoû - 18:24

Bienvenu sur Elfen lied vs Hybrides !
Je suis heureuse que tu te soit inscrite ici, merci

Petite remarque, ton avatar n'est pas a la bonne taille, si tu pouvais le mettre a la bonne taille, si possible ?

Bonne continuation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elfen-vs-hybride.forumactif.com
Maxeen

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 25/08/2010
Localisation : In the world where nobody will come, ever...

MessageSujet: Re: Maxeen, the Black Rose of the Scarlet Moon   Jeu 26 Aoû - 19:30

Donc. De rien pour l'inscription, pour mon avatar j'ai une bonne raison et merci pour le "bonne continuation".
Bref, passons ces rimes. Pour mon avatar, j'ai choisis ce format purement et tout simplement par choix, et je ne le mettrais pas à une autre taille. Un avatar est toujours à la bonne taille lorsqu'il ne déforme pas un forum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shiro Chi
Admin
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 14/07/2010
Localisation : Dans ton ... rêve

MessageSujet: Re: Maxeen, the Black Rose of the Scarlet Moon   Jeu 26 Aoû - 19:54

Oki pas de problème tu peut le gardent, c'est jusque que j'aime bien voir les personnages un peut en entier et non que le visage.
Mais si cela est ton choix garde le ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elfen-vs-hybride.forumactif.com
Maxeen

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 25/08/2010
Localisation : In the world where nobody will come, ever...

MessageSujet: Re: Maxeen, the Black Rose of the Scarlet Moon   Jeu 26 Aoû - 22:08

Pour le corps, de toute façon on aurait pas vu grand chose.
Bref, tout ça pour dire que j'ai terminé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shiro Chi
Admin
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 14/07/2010
Localisation : Dans ton ... rêve

MessageSujet: Re: Maxeen, the Black Rose of the Scarlet Moon   Jeu 26 Aoû - 22:23

Une larme est plus dure à effacer qu'une tache de sang
Désolé mais les rimes m'amuses
Fiche parfaitement faite et très joli en plus, j'aime ! Je te valide ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elfen-vs-hybride.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maxeen, the Black Rose of the Scarlet Moon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maxeen, the Black Rose of the Scarlet Moon
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Black Rose Alice
» Black Rose - Manga
» Votre liste de manga en cours
» l'arc en ciel
» Black Rose Alice

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elfen lied vs Hybrides :: Avant toute chose :: Présentation Diclonus :: Présentation Validée-
Sauter vers: